Rencontre avec Elliot Defrenne, étudiant, constructeur des tampons de Café Poïpoï

 

Café Poïpoï s’est tenu sur le campus du Tertre du 25 février au 15 mars. Mais avant l’ouverture du café, en janvier, ce sont les étudiantes et étudiants de l’IUT de Nantes à Carquefou, au campus de la Fleuriaye, qui étaient invité·e·s à participer au projet.

Au programme : une semaine de construction collective à l’IUT, au sein du Créatelier, avec Oriane Poncet et Timothée Raison, deux artistes constructeur·rice.

Rencontre avec Elliot Defrenne, étudiant à l’IUT, qui a participé toute la semaine à la création de Café Poïpoï !

 

Elliot Defrenne et Louise Hochet, à l’IUT de Nantes à Carquefou (cliquez sur l’image)

 

Bonjour Elliot, pourrais-tu en dire un peu plus sur toi ?

Je suis Elliot Defrenne, j’ai 17 ans et je suis en première année de DUT science et génie des matériaux à l’IUT de Nantes à Carquefou, au campus de la Fleuriaye.

Comment as-tu connu Café Poïpoï ? Connaissais-tu le Poïpoïdrome originel et l’oeuvre de Joachim Pfeufer et Robert Filliou avant ?

J’ai découvert le projet du Café Poïpoï quand les artistes sont venus au Créatelier de l’IUT en décembre pour commencer à fabriquer des tampons. Je me suis lancé dans le projet à ce moment-là et j’ai appris au fur et à mesure d’où venait le poïpoï.

Sur quel projet t’es tu le plus investi ?

Je me suis investi dans le projet de fabrication de tampons encreurs. On dispose à l’IUT de quelques machines en accès libre, comme des imprimantes 3D ou des découpes laser, qui sont parfaitement adaptées à la réalisation de tampons. Pour trouver le matériau, après quelques recherches, les artistes de poïpoï ont trouvé le matériau idéal, dédié à la fabrication de tampons. J’ai aussi pu participer à la construction des cloisons, pendant la semaine où Poïpoï est passé sur le site de l’IUT.

As-tu eu à utiliser des techniques apprises en cours à l’IUT pour la fabrication des tampons ?

Le projet n’avait pas vraiment de lien avec les cours de l’IUT, et était entièrement réalisé au créatelier, donc je n’ai pas eu recours à des enseignants ou à des ressources de l’IUT.

Tu t’es rendu au café, une fois qu’il était ouvert. Qu’en as-tu pensé ?

J’avais pu voir le plan du café avant sa mise en place, et une fois installé, il correspondait bien à ce que j’imaginais. Ayant pu voir un peu les coulisses du projet, voir le café installé, avec tout le travail de préparation mis en place et fonctionnel, était assez impressionnant.

Était-ce la première fois que tu travaillais avec des artistes et/ou sur un projet artistique ? Qu’en as-tu pensé ?

Je n’avais jusqu’alors jamais travaillé sur un projet avec des artistes, même si je me suis déjà lancé dans des projets de création. L’expérience m’était complètement nouvelle et j’ai pu apprendre pas mal de choses.

 

Retrouvez toutes les informations sur la semaine de construction à l’IUT ici.

 

 

Jeanne BERNARD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *